Passer au contenu

Les Canadiens et leur système de gouvernement

par Eugene A. Forsey
Obtenir la version PDF
Imprimer cette page

2

Introduction


Si l’on compare l’État à un navire, on peut dire que, dans un régime démocratique, le gouvernement est élu par les passagers pour en assurer la direction. Il doit maintenir le cap, assurer la prospérité du voyage et s’attendre, en cas d’échec, à être jeté par-dessus bord.

Cette métaphore illustre le sens premier du mot « gouvernement », dont les racines grecque et latine signifient « diriger ».

Le Canada est une démocratie et une monarchie constitutionnelle. Le chef de l’État est la reine du Canada (qui est également reine du Royaume Uni, d’Australie, de Nouvelle-Zélande et de plusieurs autres pays aux quatre coins du monde, des Bahamas et de la Grenade jusqu’à la Papouasie-Nouvelle-Guinée et à Tuvalu). Tout acte du gouvernement est accompli au nom de la reine, mais l’autorité d’agir provient, dans chaque cas, du peuple canadien.

Lorsque les Pères de la Confédération ont élaboré notre Constitution actuelle, de 1864 à 1867, ils ont librement, délibérément et unanimement résolu de confier officiellement le pouvoir exécutif à la reine, « pouvoir qui serait administré, selon les principes bien compris de la Constitution britannique, par le souverain en personne ou par le représentant dûment autorisé du souverain ». Ils consacraient ainsi le principe du gouvernement responsable, dans lequel le Cabinet répond devant la Chambre des communes, et la Chambre des communes rend compte au peuple. Tous les pouvoirs de la reine sont maintenant exercés par son représentant, le gouverneur général.

De nos jours, le gouverneur général est un citoyen canadien nommé par la reine sur la recommandation du premier ministre. Sauf dans des circonstances extraordinaires, il exerce tous les pouvoirs liés à sa charge selon l’avis du Cabinet (conseil des ministres), qui jouit de l’appui de la majorité des députés à la Chambre des communes, laquelle est élue au scrutin populaire.

Le Canada est non seulement une démocratie indépendante et souveraine, mais aussi un État fédéral constitué de 10 provinces largement autonomes et de trois territoires dont le degré d’autonomie est plus restreint.

Que veut donc dire tout cela? Comment le Canada fonctionne-t-il?

La réponse à ces questions est importante pour tous les citoyens. Ils ne peuvent pas travailler, manger ou boire, ni acheter, vendre ou posséder quoi que ce soit, ni regarder la télévision, ni même assister à un match de hockey ou de baseball, sans sentir la présence du gouvernement. Ils ne peuvent pas naître, se marier, éduquer leurs enfants, être souffrants ni mourir sans que l’État intervienne d’une façon ou d’une autre. L’État met à leur disposition des voies ferrées, des routes et des lignes aériennes, fixe les conditions régissant l’exploitation des industries et des terres agricoles, oriente (ou parfois perturbe) la vie et la croissance des villes. Il est tenu responsable des problèmes sociaux, de la pollution et de nombreux autres maux de la société.

Le gouvernement est la créature des citoyens. Ce sont eux qui le font. Ils en sont responsables et, chez nous, ils en sont généralement fiers, à juste titre. La fierté, toutefois, à l’instar du patriotisme, n’est jamais statique : sans cesse de nouveaux problèmes engendrent de nouveaux défis. Plus on est proche du gouvernement et au fait de ses rouages, plus on peut contribuer à relever ces défis.

Le présent ouvrage examine le système de gouvernement en vigueur au Canada et son fonctionnement.

pied de page
Bas de la page