Passer au contenu

Parlinfo

Budgets

Les chaussures neuves du ministre des Finances

La Bibliothèque du Parlement se fait souvent demander pourquoi le ministre des Finances porte traditionnellement des chaussures neuves le jour du dépôt du budget. Dans l’espoir de trouver une fois pour toutes la réponse à cette énigme, nous avons fait une recherche exhaustive dont voici les résultats :

Rien ne permet d’affirmer qu’il s’agit d’une tradition britannique.

Selon le haut-commissariat du Royaume-Uni, la tradition britannique permet au chancelier de l’Échiquier d’apporter à la Chambre des communes une « vieille mallette » et de se régaler de sa boisson préférée en prononçant le discours du budget. Au moins un ministre des Finances canadien, William S. Fielding (1898-1911, 1922-1923), s’est conformé en partie à la coutume britannique en apportant à la Chambre des communes sa « petite mallette rouge ».

La coutume canadienne de porter des chaussures neuves semble être assez récente, mais son origine reste mystérieuse malgré nos efforts pour l’élucider. Nous avons communiqué avec tous les anciens ministres des Finances (ou leurs adjoints), de Douglas C. Abbott à Michael Wilson. Il ressort de nos conversations qu’aucun de ces ministres ne connaît avec certitude l’origine de la coutume. Certains croient qu’il s’agit d’une tradition britannique, d’autres nient carrément que ce soit une tradition canadienne, d’autres encore affirment qu’il s’agit d’une tradition qui ne remonte qu’aux années 1950 ou 1960.

Nous avons parcouru le hansard de 1938 à 1970 et les comptes rendus des quotidiens sur le dépôt des budgets depuis 1930. Il est question de chaussures neuves pour la première fois le 31 mars 1960, à l’époque où Donald Fleming était ministre des Finances. Dans un des comptes rendus, on mentionne le port de chaussures neuves comme tradition, mais rien au sujet des origines ou des détails entourant le type de chaussures portées par le ministre. Nos recherches révèlent d’importantes variations, y compris une tendance occasionnelle à établir un lien entre le type de chaussures portées et le contenu du budget.

Finalement, dans ses mémoires, le ministre Mitchell Sharp affirme ce qui suit : 

« J’ai même réussi à instaurer une tradition canadienne, sans le vouloir. Mes employés avaient été avisés, probablement par un fabricant de chaussures, qu’il était habituel pour le ministre des Finances de porter une nouvelle paire de chaussures lors de l’annonce de son premier budget. Je suis tombé dans le panneau, tout comme la presse, qui a énormément insisté sur mes nouvelles chaussures. Il y a environ cinq ans, un journaliste d’enquête à la recherche de l’origine de la tradition observée par la plupart de mes successeurs n’a pas pu démontrer qu’un de mes prédécesseurs avait porté de nouvelles chaussures lors du dépôt du budget. Était-ce alors une tradition? Peut-être pas en 1965. Par contre, on peut dire que ce l’est aujourd’hui, plus de 25 ans plus tard. » [traduction]  

  1. Wilding, Norman et Philip Laundy, An encyclopedia of Parliament. Voir la section Despatch et la section Budget, House Magazine, 10:1, 15 mars 1985; « Le nouveau budget britannique ouvre la voie à des élections anticipées », Le Devoir, 16 mars 1987, p. 5.

  2. Ibid. Voir la section Budget.

  3. Ottawa Journal, 2 mars 1943; 21 juin 1946.

  4. Débats de la Chambre des communes, 30 novembre 1967, p. 4899.

  5. Robert Bryce, historien du ministère des Finances, a affirmé qu’aucune coutume n’existait dans les années 1930 ou avant.

  6. Jeffries, Maurice, « Fleming to reveal all tonight: Balance chief goal so auto, other levies stay high », Windsor Star, 31 mars 1960.

  7. Beauchesne, Eric, « Flaherty proving he’s family friendly », Regina Leader-Post, 19 mars 2007, p. A1; Beltrame, Julian, « Flaherty ready to unveil a thrifty budget in re-soled shoes », Moose Jaw Times Herald, 25 février 2008, p. A5.

  8. Sharp, Mitchell, Which Reminds Me… A Memoir, University of Toronto Press, 1994, p. 128.